• L'origine du Vent

    L'origine du Vent

     

    Limousin

     

    Dans le temps, le Vent était un beau jeune homme qui se promenait partout dans la campagne.  Voici comment  il  est  devenu  invisible.

     

    Trois bergères gardaient leurs troupeaux au creux d'une combe. La pâture était abondante, les animaux calmes et les jeunes filles babillaient gaiement. Elles avaient quitté leurs capotes chaudes et épaisses dont deux étalées sur le sol leur servaient de coussins, tandis que les amples plis de la troisième dérobaient leurs jeunes corps aux morsures du froid et... aux regards curieux. Le Vent qui folâtrait par là, surprenant leur bavardage innocent et leurs rires étouffés, voulut prendre sa part du divertissement. D'un souffle brusque il souleva le vêtement pour le laisser retomber quelques pas plus loin. La conversation s'arrêta. Une des jeunes filles courut le ramasser et le bavardage reprit sous le manteau.

     

    Le jeu devenait intéressant. Le beau jeune homme qui s'appelait le Vent en arrivait à oublier ses courses folles dans la campagne,   ses   sauts   brusques   pour   passer d'une colline à l'autre, le long tunnel de la vallée où il aimait à s'engouffrer en poussant des hurlements joyeux. Seul, désormais, l'intéressait ce pan   d'étoffe  qui   lui   dissimulait   trois   visages rieurs. Il souffla de nouveau. Mais le vêtement, tenu par des mains fermes, ne bougea pas. Le Vent se rapprocha et souffla plus fort... toujours sans résultat. Agacé, il se rapprocha encore jusqu’a toucher le groupe, gonfla sa poitrine et... mais déjà il était saisi et solidement maintenu par des poignes nerveuses. Et tandis que dans un bruit d'ouragan,  le souffle puissant dispersait  les vêtements,   courbait jusqu'à  terre   les hautes tiges des bruyères, les jeunes filles, qui avec sa quenouille, qui avec son bâton, tapaient à coups redoublés sur le gêneur.

     

    C'est pourquoi il lui donna l'invisibilité car [...] ce taquin n'a jamais cessé de tourmenter les jeunes filles qui devisent de leur galant au creux des combes. 

    « Conte de l'Oiseau bleutexte a méditer philosophie »
    Partager via Gmail Pin It

  • Commentaires

    1
    Lundi 6 Août à 22:06

    Bonjour ma douce Provence

    C'est superbe ce texte

    Bravo, très belle trouvaille !

    Passe un bon mardi qui s'en vient vite !

    Bisou/bisou

    Jane

    2
    Mercredi 8 Août à 16:09

    Bonjour ma douce amie

    Un bien beau texte comme j'aime

    J'espère que ton petit canaris a moins chaud et qu'il a trouvé le chemin de sa baignoire!

    Ici il fait toujours aussi chaud 33 ° mais dès demain de fortes pluies sont annoncée ainsi que la fin des canicules

    une bonne nouvelle.

    Bonne fin de journée ma chère amie et j'espère que ton mari Pierre

    le même prénom que le mien ne se décourage pas avec votre jardin

    Gros bisous mon amie et des câlins pour Gybsi

    Janine

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :