• Les voix

     

      Les voix

     

    N’y aurait-il alors que cette voix profonde

     

    perçue jadis dans la forêt d’enfance

     

    et le jardin d’amour et la rivière

     

    et la seule maison vive dans la mémoire

     

    où les femmes tissaient les mots de la légende

     

    voix venue de temps immémoriaux,

     

    passant de bouche en bouche

     

    et qui, dans le brouillard, nommait les dieux,

     

    car tout alors baignait dans l’absolue beauté

     

    de leur présence.

     

    Et ils couraient dans les moissons,

     

    mangeaient le pain,

     

    dormaient sur notre paille,

     

    tendres et familiers.

     

    C’est en musique désormais que leurs voix

     

    et la voix des femmes se prolongent

     

    et s’efforcent vers nous,

     

    vers l’espérance de nos cœurs.

     

    Et c’est alors qu’il faut saisir,

     

    aimer, bercer cette parole

     

    dans la naissance du poème.

     

     

     

    Jean Joubert

     

    Extrait du livre : « Les voix du poème »

    « Les secrets du Mistral.Petite merlette est revenue »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    Samedi 8 Septembre à 02:59

    BRAVO  POUR  CE  JOLI  POÈME 

    Bon  week-end et  douce  nuit  avec  les  amitiés  de  Lucien

    2
    Jeudi 18 Octobre à 08:41

    Coucou

    Après le dur labeur, un repos bien mérité.

    J'en profite pour venir faire un coucou aux amis.

    Merci pour ta gentille visite,

    cela fait toujours chaud au coeur.

     courage pour les yeux ma belle.

    Un gros bisou

    Marjolaine

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :