• Ma vie

     

     

    Ma vie

     

    J'ai eu vingt ans et bientôt trente,

    les quarante ont suivi et aussi les cinquante,

    avec quelques unités pour perturber les comptes.

    J'ai lu des magazines qui parlaient de mes rides,

    de bouchers qui taillaient dans les bides

    et remontaient des seins à la file

    comme dans les usines pour les automobiles.

    Rester jeune, peu importe le prix !

    Info, intox, il paraît même que le botox...

    Alors, là, moi, j'dis stop.

    Remonter le temps? Avoir encore vingt ans ?

    Ça va pas, non ? Tu sais quoi ? J'ai pas le temps !

     

    Demain, dans un mois, dans un an,

    j'irai me balader pas très loin sur la plage

    et je ramasserai des galets arrondis

    que je colorierai aux couleurs du bonheur.

    Je lirai des légendes, écouterai des contes

    et puis les offrirai à qui voudra entendre.

    Je me ferai des amis, au hasard

    sur la toile, dans la rue ou au bar;

    on discutera jusqu'au bout de la nuit

    de la vie, de l'amour et de la mort aussi.

     

    Demain, dans un mois, dans un an,

    j'aurai les bras câlins de mes petits enfants

    à mon cou enroulés pour mieux me protéger.

    Mes enfants seront là et nous nous sourirons,

    heureux d'avoir su traverser sans sombrer

    les tempêtes, les naufrages et puis quelques orages.

    Il m'arrivera encore de chanter, de danser

    et de me régaler de gâteaux, de bonbons,

    de p'tits plats mijotés

    sans penser aux kilos ou bien à ma santé.

     

    Demain, dans un mois, dans un an,

    Je sortirai la nuit avec tous les hiboux

    et verrai le soleil sur la mer se lever.

    Je marcherai longtemps en goûtant le silence

    J'aimerai les odeurs de la mousse en automne

    et du foin en été

    et le chant des cigales et le soleil brûlant.

    J'écouterai toujours le malheur qui se plaint.

    J'éprouverai encore les bouffées de colère

    face à la bêtise et la haine étalées.

    Jamais ni l'injustice ni l'infamie je n'accepterai

    et lèverai en l'air, mon poing avec rage.

     

    Demain, dans un mois, dans un an...

    Et si la mort survient,

    car elle survient toujours, la garce,

    elle me trouvera debout, occupée et ridée.

     

    Texte de Mireille Bergès...

    « Petit chant à la vieC’est l’histoire d’un Polonais »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    Dimanche 29 Juillet à 03:12

    BRAVO  

    Bravo  pour  ce  beau  texte  

    Et  il  ne  faut  pas  être  inquiète  pour l'avenir 

    Moi  je  vie  dans  le  temps présent pour  l'avenir

    Et  bien  nous  verrons  cela quand  le moment viendra 

    Je  vous  souhaite  une  douce  nuit 

    Avec  les  amitiés  de  Lucien

    2
    Dimanche 29 Juillet à 08:44

    coucou merci mon ami Lucien tu as bien raison mais tu sais j'arrive "au terme du voyage" bref on verra bien bisous amitiés Simonehappy

    3
    Dimanche 29 Juillet à 09:59

    Bonjour Provence

    En tout cas très beau texte !

    merci du partage et bon dimanche

    Amitié 

    Marie

    4
    Dimanche 29 Juillet à 11:33

    Bonjour chère  SIMONE

    Merci  du  touchant  commentaire , mais  je  t'en supplie 

    Garde  le  moral car sans lui  plus  rien  ne  va 

    Je  te  joint  toute  mon  amitié 

    Bisous  de  ton  ami  Lucien

    5
    Dimanche 29 Juillet à 15:13

    Ce texte est extraordinaire ! Je suis moi aussi près de la fin du voyage et essaie de profiter de tout ce que je peux encore avoir de bon ... Merci de m'avoir fait lire ça !

    6
    Lundi 30 Juillet à 10:33

    Bonjour ma chère Simone,

    Ce texte est superbe et bien écrit, émouvant aussi.

    Il faut profiter de la vie, on en a qu'une et elle est précieuse ! 

    Merci pour cet agréable moment de lecture.

    Au plaisir d'avoir ta visite, c'est toujours agréable de te lire.

    Passes une bonne journée, gros bisous.

    Florence

    7
    Lundi 30 Juillet à 18:22

    Que c'est beau!

    j'adore la musique des mots!

    et ce qui ne gâte rien ton blog est superbe.

    Bonn et belle soirée

    Marjolaine

    8
    Dimanche 5 Août à 19:10

    Coucou ma douce amie

    J'aime beaucoup cette belle histoire !

    Tu fais toujours de belles recherches

    Gros bisou, bonne soirée

    9
    Dimanche 5 Août à 22:23

    Bonsoir ma chère Simone

    Un beau choix de texte et tellement juste

    J'espère que tu vas bien et que tu ne souffres pas trop des canicules

    ici c'est tellement étouffant même les nuits sont chaude.

    Je te souhaite une bonne nuit et un bon début de semaine

    gros bisous d'amitié et câlins à Gibsy

    ton amie  Janine

     

     

    10
    Lundi 6 Août à 10:30

    Bonjour ma chère Simone,

    Mon petit coucou amical.

    J'espère que tu vas bien et que tu ne souffres pas trop de la chaleur ? Fernand et moi ça va mais on est fatigués.Vivement que la canicule se termine ! On sort juste pour faire des courses, on a le courage de rien en ce moment pff !

    Bonne journée ma douce amie, gros bisous.

    Florence

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :