•  

     

      

     

      Les secrets du Mistral.

    Il existe bien des légendes sur ce vent qu'est le mistral. Bien qu'il soit le maître de tous les vents, il n'en demeure pas moins qu'il hante la Provence. Il balaie de son souffle les terres de Provence. On dit que le mistral est un vent grincheux et impérieux.

     

    On prétend, qu'il prend naissance au sein des marais du Vivarais sous l'arche géante d'un rocher ajouré, d'où surgit son sonore bruit. Là, il se gonfle et amplifie ses tourbillons, se gonfle et renforce ses bourrasques, avant de partir en rafales.

     

    Inquiets devant ses imprévisibles accés de colère, des villageois décidèrent un jour de le "barricader". Pendant que le mistral était calme, les habitants clouèrent sur chaque pilier du bloc, de solides planches, très dures et très épaisses.

    Il y à des années de cela, des menuisiers les avaient coupées dans des troncs d'oliviers centenaires. Ils les avaient rabotées, poncées, taillées, si bien qu'elles avaient acquis une solidité à toute épreuve.

     

    A son réveil, le mistral se mit à souffler sur ces planches, mais elles resistèrent à sa forçe ravageuse et à ses accès de colère. Le mistral fût prisonnier et ne put donc plus s'évader.

    Le Mistral, très fâché, leur dit: 

     

    "- Quand je parviendrai à me libérer, je déracinerai tout sur mon passage, les tuiles, les arbres, les clôtures. Il ne restera rien!"

    "- Raison de plus, pour te laisser enfermé..." s'écrièrent les villageois.

    "- Je vous maudis !" Dit le mistral.

    "- Que tout soit désolation. Que vos terres soient infestées de moustiques. Que l'eau soit en putréfaction et que vos maisons soient sales. Que les fièvres fassent périr vos enfants et vos vieillards ! Ainsi vous regretterez vos agissements..."

     

     

    L'éte venu, une chaleur insoutenable s'abattit sur la Provence. Bientôt se manifestèrent les signes avant-coureurs d'une épidémie. Des odeurs effroyables envahirent les rues et ruelles. Des insectes agressifs piquèrent les enfants à la peau veloutée et les anciens à la peau ridée.

    Tous les malheurs du monde semblaient s'abattre sur le village. Ils décidèrent alors de libérer le vent, car son passage dans la région était finalement bénéfique. Il asséchait les terres détrempées, dissipait les nuages et les brumes étouffantes. Il aidait aussi à mûrir les fruits. Il faisait du bien à la nature.

     

    Les villageois décidèrent, donc, de libérer le vent.

     

    "Sinon, la peste s'abattra sur nos troupeaux. Il vaut mieux être transpercés de froid et qu'il emporte quelques branches sur son passage, plutôt que de prolonger cette mauvaise plaisanterie."

     

    Le mistral entendit une partie des débats entre paysans et prit la parole. Il promit doucement: "Si vous me laissez sortir, je ne déracinerai pas vos arbres fruitiers, les tuiles de vos maisons, les clôtures de vos jardins..."

     

    Tous furent perplexes, mais finirent par le libérer.

    Aussitôt, le mistral s'engouffra dans l'ouverture et se rua dehors. Les paysans , muets et craintifs, attendaient sans bouger. C'est alors, qu'un enfant, s'approcha du maître des vents, et protesta:

     

    " Et ta promesse, alors ?"

    Le vent déchaîné s'apaisa tout de suite.

     

    Subitement, il câlina les arbres, il frôla les tuiles des maisons, il chatouilla les clôtures des jardins.

     

    Bientôt, les misères qu'avaient enduré les braves paysans furent reléguées au rang des mauvais souvenirs ainsi que cette histoire éprouvante et épouvantable du maître des vents.

     

    Il s'en alla alors souffler ailleurs, dans la vallée du Rhône grondant et grommelant, grognant, vers les plaines du midi ..aa

    Partager via Gmail

    7 commentaires
  • extrait du petit Prince de St Ex

     

    «C'est une folie de haïr toutes les roses 

    parce que une épine vous a piqué, 

    d'abandonner tous les rêves 

    parce que l'un d'entre eux ne s'est pas réalisé, 

    de renoncer à toutes les tentatives parce qu'on a échoué... 

    C 'est une folie de condamner toutes les amitiés 

    parce qu'une d'elles vous a trahi, 

    de ne croire plus en l'amour 

    juste parce qu'un d'entre eux a été infidèle, 

    de jeter toutes les chances d'être heureux 

    juste parce que quelque chose 

    n'est pas allé dans la bonne direction. 

    Il y aura toujours une autre occasion, 

    un autre ami, un autre amour, une force nouvelle. 

    Pour chaque fin il y a toujours un nouveau départ...» 

     

    Antoine de St Exupéry 

    Le petit prince

    Partager via Gmail Pin It

    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique