•  

    L’Été

     

    Il brille, le sauvage Été,

     La poitrine pleine de roses.

     Il brûle tout, hommes et choses,

     Dans sa placide cruauté.

     

    Il met le désir effronté

     Sur les jeunes lèvres décloses ;

     Il brille, le sauvage Été,

     La poitrine pleine de roses.

     

    Roi superbe, il plane irrité

     Dans des splendeurs d’apothéoses

     Sur les horizons grandioses ;

     Fauve dans la blanche clarté,

     Il brille, le sauvage Été.

     

    Théodore de Banville

     

    « »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :