•  

     

    Voici quelques mots d’excuses de parents d’élèves (recopiés avec les fautes d’orthographe…)

     

    ===============================================================

     

    Monsieur,

    Paul est tombé hier soir de bicyclette ; il a eu le front ouvert et le pantalon déchiré. Le docteur l’a recousu et je vous le renverrai quand il sera repassé.

     

    Mes respects.

     

    * * *

     

    Madame,

    Irène sait déchirer la jambe a un fil de ronce. Je lui ai mit de l’alcool et une bande vieille peau autour.

    Je vous demanderai qu’elle ne joue pas à la récréation.

     

    Merci

     

    * * *

     

    Madame,

    Ma fille ne peut pas aller à l’école.

    Elle va du haut et du bas.

    Quand elle ira plus elle ira.

     

    * * *

     

    Messieur,

    Je n’est pas comprit que Gérard aille un zéro en composition d’orthographe alor qu’ici il a pas de fotes dans les dictés qu’ont lui fé fer a la maison. Veullé revoir sa copie.

    Remerciement.

     

    * * *

     

    Monsieur l’instituteur,

    Ses notes à Bernard descende tout les mois.

    C’est vous qui devené plus sévère ou c’est lui qui deviens paresseux.

    Dites le nous pour qu’on ces vice vite.

     

    * * *

     

    Monsieur,

    Vu que Léon a le ver solitaire, veuillez l’autoriser à manger son cent d’ouiches à la récréation.

     

    Merci.

     

    * * *

     

    Madame,

    Mireille est rentrée hier soir avec une bonne grippe.

    Je lui ai fait garder le lit et lui ai donné un bon grog avec un sexe de citron. Si cela lui fait de l’effet, je la renverrai vendredi.

     

    * * *

     

    Mademoiselle,

    Veuillez excusez ma fille Carmela de s’être apsenté car elle avait la fievre et le rhum !

     

    * * *

     

    Monsieur,

    Ma mère étant au plus mal, j’ai gardé le petit devant l’extrait montion. Je vous envoie le certificat médical de sa grand-mère.

    Ne lui dites rien, je vous prie. La mort le punira assez.

     

    * * *

     

    Monsieur le Directeur,

    Norbert s’est électrifié en reparant une lampe s’est pourquoi il a une ampoule à sa main bande dont je vous mets au courant.

     

    * * *

     

    Monsieur,

    Serge s’est ouvert le talon de la main avec le couvercle d’une boite de conserve. Quand il sera siquatrisé, je vous l’enverrait de nouveau.

     

    * * *

     

    Monsieur le maitre d’école,

    L’ane etant malade veiller autorisé mon fil a le remplacé pour la journée de demain. Ca m’obligerait a cause des foins.

    Merci.

     

    * * *

     

    Monsieur,

    Joseph ma porter les fotos. elle sont toute noire.

    Tacher de tirer ca au clair sinon jan veu pas.

    (NB. – Il s’agissait de négatifs en vue d’un tirage groupé)

     

    * * *

     

    Monsieur,

    Louis a été empoisoné par de la creme au oeufs pas frais et moi aussi ainsi que mon mari. Je ne vous envoie donc qu’Isabelle aujourd’hui. Elle na rien parce qu’elle a eu la chance d’etre puni et privé de dessert.

     

    Vous êtes toujours invité à la maison avec madame.

    Je vous diré le jour quand ca ira mieux pour nous.

     

    * * *

     

    Mademoiselle,

    Paulette a manqué hier pour cause qu’on déménagai. Rendai lui son mot car ji ai marquer les comission derriere pour ce

    soir. Elle sen rapelera pas sans ca.

     

    Merci.

     

    * * *

     

    Mireille est restée à la maison ces derniers jours car elle n’est pas dans son assiette ; je crois que c’est l’agin gras (l’âge ingrat) qui commence !

    Partager via Gmail

    4 commentaires
  • Dis-moi un mot, fais-moi un geste.

     

    Dis-moi un mot, fais-moi un geste

    Tu vois j'ai fait le premier pas

    Bien sûr je n'ai pas dit « je t'aime »

    Mais pourtant je chante pour toi

    Parce qu' il y a dans ton sourire

    Un monde que je ne connais pas

    Et comme c'est trop peu de le dire

    Je voudrais le vivre avec toi.

     

    J'aimerais t'écrire des poèmes

    Sur des mots que j'inventerais

    Des mots plus forts que des « je t'aime »

    Des mots que toi tu comprendrais

    Puis me perdre dans ton regard

    Me laisser aller au bonheur

    Oublier s'il est tôt ou tard

    Perdre toute notion de l'heure.

     

    Dis-moi un mot, fais-moi un geste

    C'est peu et beaucoup à la fois

    Et si c'est tout ce qu'il nous reste

    J'aurai quelques regrets, je crois

    Et je garderai dans mes rêves

    Le plus beau souvenir de toi

    Où tu me dis du bout des lèvres

    Tous ces mots que l'on dit tout bas.

     

    Moi j'ai besoin d'aimer pour vivre

    J'ai tant besoin de ton amour

    Et pas seulement pour survivre

    Mais pour exister au grand jour

    Moi j'ai besoin de la tendresse

    Que tu as jusqu'au bout des doigts

    Pour échapper à ma détresse

    Et reprendre confiance en moi

     

    Dis-moi un mot, fais-moi un geste

    Même si cela ne se fait pas

    Dans cette vie qu'est-ce qu'il nous reste

    De beau si l'on ne s'aime pas

     

    Dans cette vie qu'est-ce qu'il nous reste

    De beau si l'on ne s'aime pas

     

    Pierre Coutreau - juillet 1987

     

    Partager via Gmail

    5 commentaires
  •   Le Petit Prince

    Chapitre 21.

    C'est alors qu'apparut le renard.

    -Bonjour, dit le renard.

    -Bonjour, répondit poliment le petit prince, qui se tourna mais ne vit rien.

    -Je suis là, dit la voix, sous le pommier.

    -Qui es-tu? dit le petit prince. Tu es bien joli...

    -Je suis un renard, dit le renard.

    -Viens jouer avec moi, lui proposa le petit prince. Je suis tellement triste...

    -Je ne puis pas jouer avec toi, dit le renard. Je ne suis pas apprivoisé.

    -Ah! Pardon, fit le petit prince.

    Mais après réflexion, il ajouta :

    -Qu'est-ce que signifie "apprivoiser"?

    -Tu n'es pas d'ici, dit le renard, que cherches-tu?

    -Je cherche les hommes, dit le petit prince.Qu'est-ce que signifie "apprivoiser"?

    -Les hommes, dit le renard, ils ont des fusils et ils chassent. C'est bien gênant! Il élèvent aussi des poules. C'est leur seul intérêt. Tu cherches des poules?

    -Non, dit le petit prince. Je cherche des amis.Qu'est-ce que signifie "apprivoiser"?

    -C'est une chose trop oubliée, dit le renard. Ca signifie "Créer des liens..."

    -Créer des liens?

    -Bien sûr,dit le renard. Tu n'es encore pour moi qu'un petit garçon tout semblable à cent mille petits garçons. Et je n'ai pas besoin de toi. Et tu n'as pas besoin de moi non plus. Je ne suis pour toi qu'un renard semblable à cent mille renards. Mais, si tu m'apprivoises, nous aurons besoin l'un de l'autre. Tu seras pour moi unique au monde. Je serai pour toi unique au monde...

    -Je commence à comprendre, dit le petit prince. Il y a une fleur... je crois qu'elle m'a apprivoisé...

    -C'est possible, dit le renard. On voit sur la Terre toutes sortes de choses...

    -Oh! ce n'est pas sur la Terre, dit le petit prince. Le renard parut très intrigué :

    -Sur une autre planète ?

    -Oui.

    -Il y a des chasseurs sur cette planète-là ?

    -Non.

    -Ca, c'est intéressant! Et des poules ?

    -Non.

    -Rien n'est parfait, soupira le renard.

    Mais le renard revint à son idée :

    -Ma vie est monotone. Je chasse les poules, les hommes me chassent. Toutes les poules se ressemblent, et tous les hommes se ressemblent. Je m'ennuie donc un peu. Mais si tu m'apprivoises, ma vie sera comme ensoleillée. Je connaîtrai un bruit de pas qui sera différent de tous les autres. Les autres pas me font rentrer sous terre. Le tien m'appelera hors du terrier, comme une musique. Et puis regarde! Tu vois, là-bas, les champs de blé? Je ne mange pas de pain. Le blé pour moi est inutile. Les champs de blé ne me rappellent rien. Et ça, c'est triste! Mais tu as des cheveux couleur d'or. Alors ce sera merveilleux quand tu m'auras apprivoisé! Le blé, qui est doré, me fera souvenir de toi. Et j'aimerai le bruit du vent dans le blé...

    Le renard se tut et regarda longtemps le petit prince :

    -S'il te plaît... apprivoise-moi! dit-il.

    -Je veux bien, répondit le petit prince, mais je n'ai pas beaucoup de temps. J'ai des amis à découvrir et beaucoup de choses à connaître.

    -On ne connaît que les choses que l'on apprivoise, dit le renard. Les hommes n'ont plus le temps de rien connaître. Il achètent des choses toutes faites chez les marchands. Mais comme il n'existe point de marchands d'amis, les hommes n'ont plus d'amis. Si tu veux un ami, apprivoise-moi!

    -Que faut-il faire? dit le petit prince.

    -Il faut être très patient, répondit le renard. Tu t'assoiras d'abord un peu loin de moi, comme ça, dans l'herbe. Je te regarderai du coin de l'oeil et tu ne diras rien. Le langage est source de malentendus. Mais, chaque jour, tu pourras t'asseoir un peu plus près...

    Le lendemain revint le petit prince.

    -Il eût mieux valu revenir à la même heure, dit le renard. Si tu viens, par exemple, à quatre heures de l'après-midi, dès trois heures je commencerai d'être heureux. Plus l'heure avancera, plus je me sentirai heureux. À quatre heures, déjà, je m'agiterai et m'inquiéterai; je découvrira le prix du bonheur! Mais si tu viens n'importe quand, je ne saurai jamais à quelle heure m'habiller le coeur... il faut des rites.

    -Qu'est-ce qu'un rite? dit le petit prince.

    -C'est quelque chose trop oublié, dit le renard. C'est ce qui fait qu'un jour est différent des autres jours, une heure, des autres heures. Il y a un rite, par exemple, chez mes chasseurs. Ils dansent le jeudi avec les filles du village. Alors le jeudi est jour merveilleux! Je vais me promener jusqu'à la vigne. Si les chasseurs dansaient n'importe quand, les jours se ressembleraient tous, et je n'aurais point de vacances.

    Ainsi le petit prince apprivoisa le renard. Et quand l'heure du départ fut proche :

    -Ah! dit le renard... je pleurerai.

    -C'est ta faute, dit le petit prince, je ne te souhaitais point de mal, mais tu as voulu que je t'apprivoise...

    -Bien sûr, dit le renard.

    -Mais tu vas pleurer! dit le petit prince.

    -Bien sûr, dit le renard.

    -Alors tu n'y gagnes rien!

    -J'y gagne, dit le renard, à cause de la couleur du blé.

    Puis il ajouta :

    -Va revoir les roses. Tu comprendras que la tienne est unique au monde. Tu reviendras me dire adieu, et je te ferai cadeau d'un secret.

    Le petit prince s'en fut revoir les roses.

    -Vous n'êtes pas du tout semblables à ma rose, vous n'êtes rien encore, leur dit-il. Personne ne vous a apprivoisées et vous n'avez apprivoisé personne. Vous êtes comme était mon renard. Ce n'était qu'un renard semblable à cent mille autres. Mais j'en ai fait mon ami, et il est maintenant unique au monde.

    Et les roses étaient gênées.

    -Vous êtes belles mais vous êtes vides, leur dit-il encore. On ne peut pas mourir pour vous. Bien sûr, ma rose à moi, un passant ordinaire croirait qu'elle vous ressemble. Mais à elle seule elle est plus importante que vous toutes, puisque c'est elle que j'ai arrosée. Puisque c'est elle que j'ai abritée par le paravent. Puisque c'est elle dont j'ai tué les chenilles (sauf les deux ou trois pour les papillons). Puisque c'est elle que j'ai écouté se plaindre, ou se vanter, ou même quelquefois se taire. Puisque c'est ma rose.

    Et il revint vers le renard :

    -Adieu, dit-il...

    -Adieu, dit le renard. Voici mon secret. Il est très simple : on ne voit bien qu'avec le coeur. L'essentiel est invisible pour les yeux.

    -L'essentiel est invisible pour les yeux, répéta le petit prince, afin de se souvenir.

    -C'est le temps que tu as perdu pour ta rose qui fait ta rose si importante.

    -C'est le temps que j'ai perdu pour ma rose... fit le petit prince, afin de se souvenir.

    -Les hommes ont oublié cette vérité, dit le renard. Mais tu ne dois pas l'oublier. Tu deviens responsable pour toujours de ce que tu as apprivoisé. Tu es responsable de ta rose...

    -Je suis responsable de ma rose... répéta le petit prince, afin de se souvenir.

     

    Antoine de Saint Exupery.

    Partager via Gmail Pin It

    3 commentaires
  •  

     

    Le fermier et les alouettes

     

    Voilà le printemps ! Dans un champs de blé, une alouette a bâti son nid et attend patiemment l'éclosion de ses trois œufs. 

    Toc, toc, toc ! une première coquille éclate et un tout petit oiseau chauve et à demi aveugle en sort en pépiant. 

    Toc, toc, toc ! les autres coquilles éclatent à leur tour et deux autres oisillons rejoignent le premier.

    Madame Alouette est devenue l'heureuse maman de trois adorables oiselet et selon l'ordre consacré, la mère et les enfants se portent bien. Trois, ce n'est pas rien. Elle n'a plus une seconde à elle. Sa progéniture réclame à manger. Elle n'a de cesse d'aller et de venir pour leur apporter la nourriture. Ce ne sont plus des oiseaux, ce sont des ogres !

     

    Maintenant, l'été est là. Malgré toute l'attention et les bons soins qu'elle leur a prodigués, les oisillons n'ont pas encore leurs ailes assez fortes pour pouvoir s'envoler. Lorsqu'elle regarde la couleur du blé, Madame Alouette sait qu'il est grand temps pour sa nichée de quitter le champs. Le temps des moissons ne doit plus être très loin et bientôt le fermier viendra et les délogera.

     

    Un matin, avant de s'en aller en quête de nourriture, Madame Alouette réveille ses petits et leur dit :

    - "Mes enfants, aujourd'hui, le paysan va certainement venir. Ecoutez bien ce qu'il dira et vous me répéterai mots pour mots ses paroles !"

    Le soir, à son retour, elle trouve ses trois petits qui l'attendent les traits tirés par l'inquiétude.

    Tous parlent ensemble dans un beau brouhaha :

    - "Maman, maman, le paysan a dit qu'il viendrait demain pour faucher les blés avec toute sa famille !"

    - "Fort bien, répond Madame Alouette, dans ces conditions, nous n'avons pas de souci à nous faire. Nous pouvons rester un jour de plus."

     

    Madame Alouette avait raison et lorsqu'elle rentre au nid, le jour suivant, elle y trouve ses enfants qui tous en même temps lui racontent que le fermier est venu, qu'il a attendu toute la journée l'arrivée de sa famille et qu'il était très en colère.

    -"A-t-il dit quelque chose ?" demande l'alouette.

    - "Oh oui ! répond le plus petit des trois, il a dit qu'au moins ses amis ne le laisseront pas tomber et qu'ils viendront demain pour l'aider à rentrer sa récolte."

    - "Fort bien, répond Madame Alouette, dans ces conditions, nous n'avons pas de souci à nous faire. Nous pouvons rester un jour de plus.

     

    Le jour suivant, lorsqu'elle rentre au nid, elle trouve ses trois petits fort agités.

    - "Maman, maman, les amis du paysan ne sont pas venus" dit le premier

    - "Mais il a dit qu'il rentrerait sa récolte demain " enchaîne le second

    - "Qu'il aura un coup de main de ses voisins puisqu'il les a aidés" termine le troisième.

    - "Fort bien, répond Madame Alouette, dans ces conditions, nous n'avons pas de souci à nous faire. Nous pouvons rester un jour de plus.

     

    Une fois de plus, l'alouette ne n'est pas trompée. Et, lorsque, le jour suivant, elle rentre au nid, elle apprend de ses trois enfants que fatigué d'attendre, le fermier a décidé de faucher son blé tout seul dès le lendemain.

    - "Cette, fois, le paysan a compris qu'il vaut mieux faucher son blé tout seul que d'attendre le bon vouloir des autres. Il nous faut partir. Le fermier n'attendra pas un jour de plus !"

     

    Et dès le matin suivant, les petites alouettes devenues suffisamment fortes, prennent leur envol avec leur mère, toujours très fière de ses petits…

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    On ne peut arrêter le temps.

     

    Quand revient la fin de l'été

    Si je cherche dans mon miroir

    Les images du temps passé

    C'est que j'ai mal à la mémoire

     

    Quand revient la fin de l'été

    Je cherche en vain tes cheveux blonds

    On a fauché les champs de blé

    A l'époque de la moisson

     

    Quand revient la fin de l'été

    Si quelquefois j'ai l'âme en peine

    C'est que j'ai longtemps espéré

    Que tu reviennes

     

    Et quand planté devant ma glace

    Je regarde mes cheveux blancs

    Mais il faut voir les choses en face

    On ne peut arrêter le temps

     

    Qu'ils étaient doux les soirs d'automne

    Que l'on passait seuls tous les deux

    Et ce n'était pas monotone

    Au coin du feu

     

    Tu me parlais de l'Amérique

    Des grands lacs du Canada

    Ou bien des déserts de l'Afrique

    Et je te suivais pas à pas

     

    Toi tu me tenais chaud au cœur

    Moi je te donnais du courage

    Nous arrivions toujours vainqueurs

    Dans nos voyages

     

    Et puis la vie de tous les jours

    A usé nos rêves d'enfants

    Quand j'y pense j'ai le cœur lourd

    On ne peut arrêter le temps

     

    Et quand bientôt viendra l'hiver

    Tout sera recouvert de blanc

    Quand le froid gèlera la terre

    J'irai où nous allions avant

     

    Et je lancerai aux oiseaux

    Des grains et des miettes de pain

    Ils ont peur de moi les moineaux

    Mais toi, ils mangeaient dans ta main

     

    Et puis je ferai un détour

    Remonterai la grande allée

    Le pas traînant et le cœur lourd

    Faire semblant de se promener

     

    Puis j'irai jusqu'au cimetière

    Où tu reposes maintenant

    Et je pleurerai sur la pierre

    On ne peut arrêter le temps…

     

    On ne peut arrêter le temps.

     

    Pierre COUTREAU - juin 1985

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires